Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Chroniques ordinaires

Des chroniques pour dire notre vie quotidienne avec ses petites et grandes aventures, drôles, tendres et même absurdes parfois.

11. Ikea Croft

Samedi, commerce de mobilier en kit. Vous savez ce que vous voulez et dès les boulettes avalées, vous prenez votre ticket pour commander les meubles aux noms imprononçables (i.e. nécessitant de prendre le vendeur par la main pour lui montrer que vous voulez « ça »). Vous passez à la caisse autonome (en deux équipes, car c’est maximum 15 articles et, comme d’habitude, des tas de choses sont venues s’ajouter à votre panier à l’insu de votre plein gré). Vous arrachez le ticket, sortez vainqueurs, ratio temps-achat optimisé. Il faut encore attendre l’ascenseur-monte-charge, garer le chariot de sorte à ce qu’aucun véhicule ne le fauche et que lui ne fauche pas votre véhicule. Rabattre les sièges, penser le chargement en fonction de ce que vous devez encore passer chercher au dépôt, puis démarrer sous l’œil impatient du conducteur qui attend votre place et provoque une file bloquant tout l’étage. Départ pour l’étape suivante.

Et là, le drame. Le ticket servant de sésame à la libération de la marchandise à retirer et sagement posé derrière le parebrise durant l’opération chargement, a disparu. Votre conjoint fait le tour du parking, s’arrête. Vous déplacez tous les colis soigneusement rangés, courrez jusqu’à votre ex-emplacement pour regarder s’il ne s’est pas glissé sous la voiture de votre remplaçant zizagant à travers les impatients du stationnement. Rien à faire, le fichu ticket s’est évaporé. Vous refaites une inspection approfondie de la voiture, sous le siège, vidage de votre sac à main, engueulade imminente. La disparition est confirmée. Par chance, vous avez utilisé la carte du magasin, vous espérez que, pour une fois, ce traçage numérique vous permettra d’obtenir un duplicata.

Vous cavalez en bas des escaliers direction le service client (mari en orbite stationnaire en vous attendant) et soudain, arrivée au deuxième étage, un éclair de lucidité vous fait lorgner sur l’avant-toit. Au milieu des détritus, un ticket. Cœur battant, vous cambez la barrière sous le regard interloqué des clients et du service de ramassage des chariots, espérant qu’aucun d’eux ne vous arrêtent avant d’avoir atteint l’objet convoité. Vous attrapez le papier en fugue : sentiment de triomphe intense : vous l’avez retrouvé !! Vous regrimpez sur la barrière, trésor entre les dents, remontez en courant l’escalier et vous jetez victorieuse dans le véhicule sous l’œil de votre moitié un peu hallucinée.

Qui a dit que le plus dur c’était les meubles à monter ?

(c’était votre épisode agence tout risque)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article